Thomas sur ses carres

Le créateur de la nouvelle figure artistique dénommée: "vrille au ras du sol"

Le patin ne pourra
plus se passer
du cardot

On donne habituellement aux figures de patinage artistique le nom de leurs créateurs. Ainsi, Aloïs Lutz, Ulrich Salchow et Axel Paulsen sont-ils entrés dans la légende de ce sport populaire, chacun d’eux pour l’exécution d’un saut original défiant les lois de l’équilibre. En se rendant ce mercredi là en Suisse, haut-lieu de la discipline, personne n’imaginait assister à l’élaboration d’une nouvelle technique, encore moins que Thomas Cardot en serait le concepteur et réalisateur.

De toute évidence, la présence de Thomas Cardot dans l’effectif des élèves se rendant à la patinoire n’aurait jamais du émouvoir la communauté internationale de cette discipline olympique. L’homme n’était connu d’aucun grand ponte des fédérations qui gèrent dans le monde ce sport de glisse, ni des jurys de France et d’outre-France, ni de Papadakis et Cizeron, nos champions tricolores. Dans son propre établissement scolaire, il n’avait pas même obtenu la reconnaissance de ses camarades, ignorant tous son aptitude incroyable à se mouvoir sur deux fines lames de métal.

À Saignelégier, canton helvète du Jura, ce fut donc  la stupéfaction.

Dès son apparition sur la glace, le grand échalas de Troisième E.A. marqua son territoire en technicien géographe. Il posa au sol son index droit, s’étira de tout son long en position horizontale et creusa, tel un compas, un sillon à 360° autour de son corps d’athlète. Il reproduisit l’opération à plusieurs reprises pour dessiner enfin la courbe parfaite, ambition de toute une vie et préalable à l’acquisition de la breloque dorée des prochains J.O. d’hiver. La vrille Cardot était née et s’inscrivait dès lors dans les figures classiques du patinage artistique.

Admiratives, trois jeunes filles, en villégiature temporaire dans la cité suisse, firent cercle autour du cercle de l’artiste. Un trio lui aussi entouré de groupies qui s’époumonaient à hurler leurs prénoms. Le petit Alexis, entiché de l’une d’elle, acclamait Alicia alors même que la belle chutait lourdement. Camille suivait comme son ombre Lyna tentant, sans succès, de lui saisir la main pour une valse romantique. Quant à Killian, il tournait éperdument autour d’Alexia dans l’attente d’un regard enamouré qui ne vint pas.

Si Thomas marqua de son empreinte l’après-midi, Julien ne fut pas en reste. Ancien minime des clubs de patinage sur glace, il époustoufla de toute sa classe l’ensemble de ses camarades. Il parcourait la piste à grandes enjambées et à une vitesse telle qu’un instant on le crut furtif. On ne percevait plus à son passage qu’un souffle violent, le corps invisible à nos rétines.

En couple, le patinage s’apparente à la danse classique et propose un spectacle reconnu pour aviver la sensibilité humaine. Quand Gaël porte aux nues une Nolwenn ébouriffée, l’émotion est au paroxysme. Et la coordination parfaite des gestes suscite un émerveillement qui ne prend fin que longtemps après l’exécution du numéro.

Il a fallu tirer fort sur les lacets d’Aron avant qu’il ne pénètre sur la patinoire, il faut s’abimer les doigts à les lui retirer deux heures plus tard. Mais c’est la délivrance après que tout son corps ait subi les outrages de la glace, malgré la proximité constante d’un déambulateur.

 

 

Invention

Edward Bushnell

Homme d’affaire américain du XIXème siècle qui, le premier, attacha une lame d’acier à une botte ordinaire: le patin à glace.

Sport

Axel

Figure de patinage (du nom d’Axel Paulsen) qui consiste en un saut partant sur une carre extérieure avant et se terminant sur une carre extérieure arrière après une rotation d’un tour et demi dans l’espace.

Littérature

Dulcinée

Personnage féminin du roman Don Quichotte de Miguel de Cervantès. C’est l’amoureuse du célèbre chevalier errant de la Mancha (Espagne).